RE 2020 : Les nouveaux défis de l’isolation

D’ici deux ans la bien connue RT 2012 sera remplacée par la RE 2020. Les professionnels de l’immobilier doivent donc « se mettre au vert ».
Maisons d’en France vous expose les enjeux de cette nouvelle réglementation environnementale.

De la consommation énergétique aux émissions de carbone

Alors que tout était centré autour de la baisse de la consommation énergétique, les pouvoirs publics souhaitent maintenant que l’immobilier tienne compte de son empreinte écologique. C’est ainsi que la RE 2020 intègrera un calcul des émissions de carbone basé sur le cycle de vie des matériaux utilisés.

La RE 2020 sera attribuée selon quatre niveaux énergétiques, de E1 (minimum) à E4 (maison à énergie positive) et deux niveaux carbone C1 et C2.

L’impact de la RE 2020 sur les maisons individuelles

Dans le bilan carbone, le calcul reposera sur la production des matériaux, leur utilisation, l’exploitation du bâtiment ainsi que le cycle de vie. Aujourd’hui, peu d’isolants sont capables d’atteindre le niveau C1 de l’indicateur carbone. A l’heure actuelle, on estime que la majeure partie des maisons individuelles seront catégorisées en C1 sur le territoire français. L’attribution du niveau C2 sera alors un véritable facteur différenciant.

Quelles obligations pour les fabricants d’isolants ?

Afin de répondre aux exigences de la nouvelle réglementation, les professionnels doivent s’adapter et surtout innover afin que la laine minérale et le polystyrène expansé soient plus respectueux de l’environnement. C’est ainsi qu’est née très récemment une nouvelle laine de verre biosourcée.

Professionnels et habitants des futurs bâtiments RE 2020 ne pourront constater que les bienfaits d’isolants toujours aussi performants en terme de consommation énergétique mais également respectueux de leur bien-être et de l’environnement qui les entoure.